SPL Euralille

MENU

FERMER

Haute Borne

L’économie les pieds au vert

Un pôle européen tourné vers l’innovation

Situé sur les communes de Villeneuve d’Ascq (quatrième ville de la Métropole en nombre d’habitants) et de Sainghin-en-Mélantois (village rural de 2500 habitants), le parc scientifique européen de la Haute Borne est un lieu unique. A deux pas du campus de l’Université de Lille, ce sont plus de 200 entreprises qui s’y côtoient dans un écrin de verdure entre ville et campagne. Laboratoires publics et privés, centres de recherche et développement internationaux, centres de services, sièges sociaux nationaux, mais également start-up technologiques, constituent un pôle d’activités scientifiques dévolu à la recherche, à l’innovation et au développement durable.
Depuis le lancement de l’aménagement de la ZAC en 1999, le parc est en plein essor, concentrant aujourd’hui plus de 8 500 emplois. Un développement soutenu par l’aménagement des 60 000m² de supplémentaires du le Grand Carré, lancé en 2017, qui a rencontré un grand succès. La commercialisation de cette zone se concrétisant, dans un premier temps, par l’arrivée de nouvelles entreprises comme Boiron et d’autres portées par Aventim-Woodtime et Téréneo. Une dynamique qui va porter à 11 000 le nombre de collaborateurs du parc.

  • 8500 emplois
  • 250 000 m² de bureaux
  • 3000 m² d’activités et services

La Haute Borne démonstratrice, naturelle et fusionnelle

La turbine tertiaire prend la clé des champs
Le parti d’aménagement du Parc Scientifique de la Haute Borne repose sur une densité moindre que celle appliquée généralement dans ce type d’espaces. Les programmes immobiliers s’y insèrent dans de grands espaces verts ou agricoles, les bâtiments sont disséminés en îlots sur les 140 ha du parc.
Les atouts agricoles et paysagers sont valorisés dans leurs fonctions nourricières et créatrices de lien social.

La recherche d’une économie à faible impact environnemental
Depuis sa création, la ZAC a adopté une notice environnementale inspirante pour les porteurs de projet, qui stipule la réduction des surfaces imperméabilisées, la création d’aménagements ouverts sur leur environnement, la promotion de constructions à consommation énergétique réduite, la réduction des consommations énergétiques, la protection de la faune et la flore…

Un voisinage dynamique intégré à la démarche de projet
Une démarche volontaire est engagée de multiplication des interactions avec les voisins du Parc, tout particulièrement la Cité Scientifique : des partenariats thématiques sont recherchés pour tendre vers une imbrication et une complémentarité des projets de développement de chacun. Des secteurs d’activités dynamiques jouxtent également le Parc, comme la Plaine, qui sont associés à la réflexion vers un projet de territoire à l’échelle pertinente. 

Et demain

De nombreuses dynamiques sont déjà à l’œuvre et amenées à grandir demain, au sein du projet de la Haute Borne 2, notamment sur les thématiques suivantes :

  • la mutualisation en matière de nouveaux services et de mobilité
  • le renforcement de la place du logement
  • la réflexion à l’échelle d’un territoire incluant la Cité scientifique et les autres dynamiques de projet voisines du Grand Carré
  • l’agriculture urbaine
  • la réflexion sur l’économie du foncier
  • 500 logements

FOCUS
La Haute Borne dépasse ses bornes ! Réinventer la mobilité du parc

L’aménagement du Grand Carré, qui impulse une nouvelle phase de développement du parc de la Haute Borne, incite à réfléchir aux enjeux d’accessibilité du site. La circulation actuelle et l’augmentation à venir du nombre de salariés questionnent les thèmes de la mobilité et du développement durable. L’objectif est de poursuivre le développement du parc en renforçant la qualité du cadre de vie tant pour les habitants que les actifs du secteur. Entre autres enjeux : faciliter les déplacements tout en n’en limitant l’impact sur l’environnement et la qualité de l’air, désengorger le trafic automobile en encourageant des modes de déplacements alternatifs.

A cette fin, la SPL Euralille a mandaté un collectif mobilité composé de I.ViaTIC, Chaire Extra (explorateurs de la transition) de l’Institut Catholique de Lille , Réseau Alliances et l’ADAV (Association Droit au Vélo) afin de mener une étude sur la mobilité, en partenariat avec la MEL et les villes de Villeneuve d’Ascq et de Sainghin-en-Mélantois. L’objectif de la démarche : réinventer la mobilité au quotidien, pour que le secteur ne soit pas uniquement un lieu de travail mais bel et bien un lieu de vie et d’urbanité intégré au reste de la Métropole. La mobilité est un vecteur fort de cette transformation du parc de la Haute Borne, l’occasion d’ouvrir les limites de celui-ci au campus universitaire et aux secteurs voisins, dans une logique de territoire, de bassin d’emplois, de zone d’excellence scientifique et d’innovation.

L’étude mobilité lancée sur la Haute Borne et les sites voisins est l’occasion de mettre en œuvre une démarche commune et construite en partenariat, notamment avec les entreprises de la zone, pour diminuer la part modale d’utilisation de la voiture (actuellement de 82% sur la Haute Borne seule) en développant des alternatives efficaces. Elle doit permettre d’aboutir à la définition d’actions et d’expérimentations de solutions de mobilités pertinentes, dès 2019, à l’échelle du périmètre élargi, prenant en compte les attentes des acteurs en tant qu’usagers du site, mais également en tant que potentiels partenaires de projet.

Une première phase de diagnostic sur le périmètre de la ZAC et au-delà, a été réalisée, courant 2018, afin d’appréhender les problématiques et les enjeux de mobilité sur et aux alentours du parc. Ce diagnostic repose sur une grande enquête effectuée auprès des entreprises et salariés du périmètre élargi de la Haute Borne et a été l’occasion de collecter plus de 90 réponses « entreprises » et plus de 2000 réponses « collaborateurs ». Outre la connaissance des pratiques de mobilité des usagers du périmètre ainsi que de leurs besoins, il est l’occasion d’identifier les opportunités de partenariat et de mutualisation avec les différents acteurs du secteur.

Suite à cette étape, une phase de co-construction d’une démarche innovante à mettre en œuvre pour répondre aux problématiques identifiées a été élaborée, notamment avec des ateliers réunissant les partenaires du périmètre élargi de l’étude et débouchant sur la mise en œuvre et l’animation d’un plan d’actions courant 2019.

DSC_2515
DSC_2503
DSC_2534
DSC_2705
DSC_2932
DSC_2402
DSC_2417-
DSC_2469

Les acteurs du projet

Maîtrise d’ouvrage :
SPL Euralille concessionnaire de la MEL

Maitrise d’œuvre urbaine :
atelier Nervure | atelier MA | STRATE | Franck Bouté Consultant | I-VIATIC | Réseau Alliances | Explorateur de la transmission | ADAV

Les chiffres du projet

  • 290 000 m² SDP
  • 140 hectares environ sur les communes de Villeneuve d’Ascq et Sainghin-en-Mélantois
  • 40 000 m² logements (500 logements)
  • 250 000 m² bureaux
  • 3000 m² activités et services
  • 7000 m² résidence service
  • 8500 emplois